•  

    E 42 - Dimanche 15 septembre de Collonges la Rouge à Martel – Lot – 21 km

    E 42 de Colloges la Rouge à Martel   E 42 de Colloges la Rouge à Martel   E 42 de Colloges la Rouge à Martel


    E 42 de Colloges la Rouge à Martel   E 42 de Colloges la Rouge à Martel   E 42 de Colloges la Rouge à Martel


    E 42 de Colloges la Rouge à Martel   E 42 de Colloges la Rouge à Martel   E 42 de Colloges la Rouge à Martel


    E 42 de Colloges la Rouge à Martel   E 42 de Colloges la Rouge à Martel   E 42 de Colloges la Rouge à Martel


    E 42 de Colloges la Rouge à Martel   E 42 de Colloges la Rouge à Martel   E 42 de Colloges la Rouge à Martel


    E 42 de Colloges la Rouge à Martel   E 42 de Colloges la Rouge à Martel   E 42 de Colloges la Rouge à Martel


    E 42 de Colloges la Rouge à Martel   E 42 de Colloges la Rouge à Martel   E 42 de Colloges la Rouge à Martel


    E 42 de Colloges la Rouge à Martel   E 42 de Colloges la Rouge à Martel   E 42 de Colloges la Rouge à Martel



    Ce matin, comme l’itinérant se l’était promis, un tour de ville sans les touristes, quelques photos, un café au seul bar d’ouvert, le bourg musée est calme ce matin (à 8h00).

    Mais le chemin reprend ses droits, et, rapidement plus de terre rouge, mais des champs de noyers partout. Quelques lieues plus loin une campagne totalement différente, je rentre dans le Quercy, avec les noms de villages qui se définissent par le suffixe «ac».


    Une arrivée superbe à Martel, sous le soleil, un cœur de ville magnifique. Il a préféré cette ville à celle d’hier, elle paraît «vraie».


    Les dénivelés deviennent plus raisonnables, pour l’étape d’hier 760 de positif et 863 de négatif, pour ce dimanche, il faut les diviser par deux.


    Ce soir je suis dans le Lot (le Quercy Blanc)


    Les territoires traversés :


    Saillac – Cavagnac - Les Quatre Routes du Lot – Strenquels - Martel




    La trace de Collonges la Rouge à Martel



    Partager via Gmail

  •  

    E 41 - Samedi 14 septembre d’Aubazine à Collonges la Rouge – Corrèze – 28 km

     

    E 41 d'Aubazine à Collonges la Rouge   E 41 d'Aubazine à Collonges la Rouge   E 41 d'Aubazine à Collonges la Rouge


    E 41 d'Aubazine à Collonges la Rouge   E 41 d'Aubazine à Collonges la Rouge   E 41 d'Aubazine à Collonges la Rouge


    E 41 d'Aubazine à Collonges la Rouge   E 41 d'Aubazine à Collonges la Rouge   E 41 d'Aubazine à Collonges la Rouge


    E 41 d'Aubazine à Collonges la Rouge   E 41 d'Aubazine à Collonges la Rouge   E 41 d'Aubazine à Collonges la Rouge


    E 41 d'Aubazine à Collonges la Rouge   E 41 d'Aubazine à Collonges la Rouge   E 41 d'Aubazine à Collonges la Rouge


    E 41 d'Aubazine à Collonges la Rouge   E 41 d'Aubazine à Collonges la Rouge   E 41 d'Aubazine à Collonges la Rouge


    E 41 d'Aubazine à Collonges la Rouge   E 41 d'Aubazine à Collonges la Rouge   E 41 d'Aubazine à Collonges la Rouge


    Ce matin avant de partir, le «Canal des Moines» à découvrir à la fraiche, donc peu ou pas de marcheurs, à gauche la forêt, à droite une vallée encaissée, au milieu le canal qu’il faut parfois enjamber, la largeur maxi 1mètre, parfois nettement moins. Il me vient une idée le parcourir en écoutant la musique de Smetana, la Moldau.


    L’itinérant se répète, cette voie de Rocamadour est magnifique, de très nombreux chemins, de la forêt, des prairies consacrées à l’élevage, quelques cultures, des noyers et châtaigniers, de petits villages assoupis.


    L’arrivée à Collonges la Rouge, oh là  là …!: des touristes, par centaine, déversés par de nombreux bus ou des particuliers en voiture, un immense parking à l’extérieur de la ville. Ils déambulent comme des «touristes».


    Le bâti est en grès rouge d’ici et splendide, aussi je programme de revenir demain, dès huit heures, pour être plus tranquille et mieux découvrir cette ville-musée qui ne doit accueillir que des boutiques, des bars, des artisans … L’itinérant n’est peut-être pas très objectif… Depuis Argenton sur Creuse voilà 310 kilomètres, il marchait dans une tranquillité presque totale.

     

    Les territoires traversés :


    Albignac, Lantueil, Collonges la Rouge




    La trace d'Aubazine à Collonges la Rouge


    Partager via Gmail

  •  

    E 40 - Vendredi 13 septembre de Tulle à Aubazine – Corrèze – 23 km


    E 40 de Tulle à Aubazine   E 40 de Tulle à Aubazine   E 40 de Tulle à Aubazine


    E 40 de Tulle à Aubazine   E 40 de Tulle à Aubazine   E 40 de Tulle à Aubazine


    E 40 de Tulle à Aubazine   E 40 de Tulle à Aubazine   E 40 de Tulle à Aubazine


    E 40 de Tulle à Aubazine   E 40 de Tulle à Aubazine   E 40 de Tulle à Aubazine


    E 40 de Tulle à Aubazine   E 40 de Tulle à Aubazine   E 40 de Tulle à Aubazine

    La visite médicale fut obligatoire, l’itinérant a du se reposer 2 jours, avec quelques médoc, et une légère baisse de régime, le bobo devrait avoir disparu dans quelques jours. Une périostite tibiale n’implique pas un arrêt total de l’activité, la tendinite oui.


    Ce matin, départ sous un beau ciel bleu, mardi j’étais descendu du plateau, aujourd’hui il faut remonter, le résultat de la journée sera un dénivelé positif de 850 m.


    La traversée d’un gros village Cornil avec son ehpad et son centre hospitalier, lorsque je dis «gros village», il abrite 1370 habitants en incluant les deux maisons de santé.


    L’arrivée sur Aubazine se fait par la forêt, où le balisage est un peu défaillant, l’Abbaye en contre bas sert de repère à l’itinérant.


    Aubazine : Ses incontournables :

    Son cromlech que je n’ai pas vu (balisage défaillant, je pense…)

    Son Abbaye cistercienne, mais fermée à mon arrivée, l’église est ouverte en revanche …
    Son «Canal des Moines » que j’emprunterai demain

    Les territoires traversés :


    Cornil -  Aubazine



    La trace de Tulle à Aubazine



    Partager via Gmail

  •  

    E 39 - Mardi 10 septembre de Corrèze à Tulle – Corrèze – 26 km


    E 39 de Corrèze à Tulle   E 39 de Corrèze à Tulle   E 39 de Corrèze à Tulle


    E 39 de Corrèze à Tulle   E 39 de Corrèze à Tulle   E 39 de Corrèze à Tulle


    E 39 de Corrèze à Tulle   E 39 de Corrèze à Tulle   E 39 de Corrèze à Tulle

     

    Une étape classique de la voie de Rocamadour, de nombreux vallons, de petites routes, des sentiers campagnards, les quelques villages se blottissent autour de la petite église.

    L’arrivée à Tulle est banale, une longue descente, pour arriver dans une ville sans âme, avec des tours en béton qui abritent soit la Préfecture, soit la CPAM. Le repas du soir est pris dans un petit bar restaurant bien sympathique.


    Ce soir, aie, une douleur sur le devant du tibia, il semblerait qu’une périostite tibiale se prépare, il y aura, demain, très certainement visite médicale …


    Les territoires traversés :


    Barr, Naves, Tulle




    La trace de Corrèze à Tulle



    Partager via Gmail

  •  

    E 37 - Dimanche 8 septembre de Lacelle à Les Borderies – Corrèze – 27 km


    E 37 de Lacelle à Les Borderies   E 37 de Lacelle à Les Borderies   E 37 de Lacelle à Les Borderies


    E 37 de Lacelle à Les Borderies   E 37 de Lacelle à Les Borderies   E 37 de Lacelle à Les Borderies


    E 37 de Lacelle à Les Borderies   E 37 de Lacelle à Les Borderies   E 37 de Lacelle à Les Borderies


    E 37 de Lacelle à Les Borderies   E 37 de Lacelle à Les Borderies   E 37 de Lacelle à Les Borderies


    E 37 de Lacelle à Les Borderies   E 37 de Lacelle à Les Borderies   E 37 de Lacelle à Les Borderies

     

    L’itinérant, a profité d’une nuit bien réparatrice et sans ronfleurs, ou ronfleuses, le dortoir abritant 6 personnes était petit, donc la promiscuité était importante. Après un passage chez LE boulanger pour y prendre un petit déjeuner frugal, il reprend les chemins forestiers et campagnards, jusqu’à Treignac.


    Treignac, un joli petit village ou une pause bière est la bienvenue.


    L’après-midi, plus de routes, mais compensé par des chemins bien agréables qui le conduiront au milieu de nulle part : à la ferme des Borderies. Nous nous retrouvons 8 à coucher sous deux yourtes, après excellent repas préparé par les propriétaires des lieux. Ces derniers sont arrivés ici depuis une dizaine d’années, leur acceptation par les locaux fut laborieuse et compliquée, et prit plusieurs années …


    Les territoires traversés :


    Treignac - Veix


    La Trace de Lacelle à Les Borderies


    Partager via Gmail

  •  

    E 36 - Samedi 7 septembre de Peyrat le Château à Lacelle – Corrèze – 34 km


    E 36 de Peyrat le Château à Lacelle   E 36 de Peyrat le Château à Lacelle  E 36 de Peyrat le Château à Lacelle

    E 36 de Peyrat le Château à Lacelle   E 36 de Peyrat le Château à Lacelle   E 36 de Peyrat le Château à Lacelle

    E 36 de Peyrat le Château à Lacelle   E 36 de Peyrat le Château à Lacelle   E 36 de Peyrat le Château à Lacelle

    E 36 de Peyrat le Château à Lacelle   E 36 de Peyrat le Château à Lacelle   E 36 de Peyrat le Château à Lacelle

     

    Une nouvelle et magnifique journée d’itinérance, les chemins s’ouvrent sur la campagne et se referment avec la forêt, le seul regret peu d’animaux, seuls quelques oiseaux qui gazouillent, pour un dénivelé positif de 932 m.


    La seule ville traversée Eymoutiers (2061 h), donne l’impression d’une agglomération de plus de 5000 habitants, et, elle se trouve à quelques kilomètres de Lacelle (130h.), avant l’Eglise aux Bois (56 h). Nos anciens savaient mettre de la poésie dans l’appellation des villages.


    Lacelle possède son gîte communal, ce soir il accueillera 6 pèlerins, rejoints par 2 strasbourgeoises, le seul restaurant situé sur le bord de la nationale périclite, et ne trouve pas de repreneurs, encore quelques années et ce sera la fermeture.


    Ce soir c’est l’arrivée en Corrèze et depuis de nombreux kilomètres l’itinérant foule le sol du plateau de Millevaches.


    Les territoires traversés :

    Eymoutiers (87) - L’Eglise aux Bois (19) - Lacelle




    La trace de Peyrat le Château à Lacelle



    Partager via Gmail

  •  

    E 35 - Vendredi 6 septembre de Bourganeuf à Peyrat le Château – Haute-Vienne – 36 km


    E 35 de Bourganeuf à Peyrat le Château   E 35 de Bourganeuf à Peyrat le Château   E 35 de Bourganeuf à Peyrat le Château


    E 35 de Bourganeuf à Peyrat le Château   E 35 de Bourganeuf à Peyrat le Château   E 35 de Bourganeuf à Peyrat le Château

    E 35 de Bourganeuf à Peyrat le Château   E 35 de Bourganeuf à Peyrat le Château   E 35 de Bourganeuf à Peyrat le Château

     

    Ce matin, temps frais 6°, au fil des kilomètres, les rayons de soleil réchauffent l’itinérant. Il se confirme que depuis deux jours, il y eut quelques petites gelées (2°) à la première heure.


    L’étape est longue, mais magnifique, bois, campagne, forêts, petites routes, larges sentiers ou petites sentes, un paradis pour l’itinérant. Le chemin monte, descend par les allées forestières, pour cette journée le dénivelé positif dépassa les 730 m.


    Pour un itinérant traverser un centre bourg au doux nom de Saint Julien la Bérengère, permet à l’esprit d’imaginer de nombreux épisodes romanesques.


    A Peyrat le Château, un haut lieu de la Résistance, on peut visiter le musée, et admirer sa traction FFI.

     

    Les territoires traversés :

    Saint Julien la Bérengère - Saint Martin Château - Peyrat le Château



    La trace de Bourganeuf à Peyrat le Château

    Partager via Gmail



  • E 34 - Jeudi 5 septembre de Châtelus le Marchaix à Bourganeuf – Creuse – 20 km


    E 34 de Châtelus le Marcheix à Bourganeuf   E 34 de Châtelus le Marcheix à Bourganeuf   E 34 de Châtelus le Marcheix à Bourganeuf

    E 34 de Châtelus le Marcheix à Bourganeuf   E 34 de Châtelus le Marcheix à Bourganeuf   E 34 de Châtelus le Marcheix à Bourganeuf

    E 34 de Châtelus le Marcheix à Bourganeuf   E 34 de Châtelus le Marcheix à Bourganeuf   E 34 de Châtelus le Marcheix à Bourganeuf

     

    Il a plu cette nuit, le temps est gris et le restera toute la journée. Les 13 premiers kilomètres campagne et bois en Limousin sans âmes qui vivent. Un chemin agréable, reposant et vallonné est proposé à l’itinérant.


    L’arrivée à Bourganeuf sous un ciel plombé, très tristounet … Le bâti avec ses murs en granit accentue la tristesse de la ville, le rendu est austère. La ville semble être restée telle qu’elle fut il y a trente ou quarante ans voire cinquante.


    L’après-midi, le soleil a percé les nuages, l’impression de la fin de matinée évolue, la ville est loin de tout, elle se meurt, en cent ans elle a perdu plus de 1000 habitants, passant du 3600 à 2600.

     

    Le seul territoire traversé :

    Masbaraud-Merignac




    La trace de Châtelus le Marcheix à Bourganeuf

    Partager via Gmail

  •  

    E 33 - Mercredi 4 septembre de Bénévent l’Abbaye à Châtelus le Marchaix – Creuse – 20 km


    E 33 de Bénévent l'Abbaye à Châtelus le Marchaix   E 33 de Bénévent l'Abbaye à Châtelus le Marchaix   E 33 de Bénévent l'Abbaye à Châtelus le Marchaix

    E 33 de Bénévent l'Abbaye à Châtelus le Marchaix   E 33 de Bénévent l'Abbaye à Châtelus le Marchaix   E 33 de Bénévent l'Abbaye à Châtelus le Marchaix

    E 33 de Bénévent l'Abbaye à Châtelus le Marchaix   E 33 de Bénévent l'Abbaye à Châtelus le Marchaix  E 33 de Bénévent l'Abbaye à Châtelus le Marchaix

    E 33 de Bénévent l'Abbaye à Châtelus le Marchaix   E 33 de Bénévent l'Abbaye à Châtelus le Marchaix   E 33 de Bénévent l'Abbaye à Châtelus le Marchaix

     

    Un nouveau départ pour cette diagonale jacquaire, La première journée sur la voie de Rocamadour permet à l’itinérant de retrouver une motivation différente.

     

    Il a parcouru 735 km depuis Wissembourg, il a marché quelques heures avec 2 pèlerins, à compter de ce jour les rencontres devraient être plus nombreuses et fréquentes. Aujourd’hui, elles seront au nombre de 3, pour quelques quart d’heures, voire plus.


    Le départ a lieu sous un grand ciel bleu, il le restera toute la journée, le chemin est plus varié que la semaine précédente, il est magnifique, et se déroule, essentiellement par de petites routes ou des chemins en sous-bois et légèrement vallonnés.


    A Saint Goussaud, un minuscule centre bourg, un couple de jeunes assure la tenue d’un bar, restaurant, dépôt de pain, loto, etc.., de plus, en ce mercredi, la salle de restaurant est remplie, une quinzaine de couverts, ou comment redynamiser un village oublié.


    Ce soir au gîte communal, nous sommes 6, l’accueillante, une employée communale, nous procure quelques œufs et des pâtes afin d’améliorer notre dîner. La seule épicerie-restaurant du village est fermée, pour cause de travaux.


    Les territoires traversés :

    Saint Goussaud - Châtelus le Marchaix



    La trace de Bénévent l'Abbaye à Châtelus le Marcheix

    Partager via Gmail

  •  



    E 32 - Mardi 3 septembre de La Souterraine à Bénévent l’Abbaye – Creuse – 21 km


    E 32 de La Souterraine à Bénévent l'Abbaye   E 32 de La Souterraine à Bénévent l'Abbaye   E 32 de La Souterraine à Bénévent l'Abbaye


    E 32 de La Souterraine à Bénévent l'Abbaye   E 32 de La Souterraine à Bénévent l'Abbaye   E 32 de La Souterraine à Bénévent l'Abbaye


    E 32 de La Souterraine à Bénévent l'Abbaye   E 32 de La Souterraine à Bénévent l'Abbaye

     

    Ce matin grand beau, le petit-déjeuner sera pris en ville, Françoise invite l’itinérant à le partager, des soucis de santé l’oblige à différer ses escapades sur le Chemin.

     

    La journée fut excellente, mais elle ne présenta que peu d’intérêt car il y eut beaucoup de bitume, heureusement l’arrivée à Bénévent compensa une journée fade pour le marcheur.


    Bénévent est le départ de la Voie de Rocamadour, donc ce soir il y a quelques pèlerins en ville, et au gîte, tenue par une anglaise, nous sommes 4.


    Depuis plusieurs jours, un leitmotiv revient lors des quelques échanges, la région est pauvre et désertée par les autochtones, par contre les anglais rachètent et s’installent.


    Les territoires traversés :


    Saint Priest la Feuille – Chamborand - Bénévent l’Abbaye



    La trace de La Souterraine à Bénévent l'Abbaye 

    Partager via Gmail





    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires